Le patch de plasma froid en silicone remplacera-t-il prochainement vos antibiotiques dans toutes vos trousses à pharmacie ? La medtech allemande Coldplasmatech s’est inspiré de Star Trek pour inventer un dispositif accélérant la cicatrisation des plaies. Quand la réalité touche la fiction du bout des doigts.

Cicatrisation et science-fiction

Comment expliquer leur technologie au plus grand nombre ? « En la comparant au régénérateur dermique de Star Trek », assure à Digital Trends le docteur Carsten Mahrenholz, le CEO de Coldplasmatech. Imaginez : vous vous entaillez le doigt, et plutôt que d’être dérangé par cette coupure ridicule pendant des jours, vous voyez tout simplement votre plaie se refermer, en quelques minutes à peine. « En gros, c’est ce que nous avons développé », explique le créateur de la start-up, décorée en mai dernier du prix de l’innovation allemande.

Naissance d’un patch

Le dispositif qu’ils ont imaginé utilise les vertus du plasma, une matière encore très mystérieuse découverte en 1928 par le prix Nobel de chimie 1932, Irving Langmuir. En physique, le plasma est en fait le quatrième état de la matière, après le liquide, le solide ou le gaz. Il s’agit d’un milieu électriquement neutre, composé d’ions positifs et d’ions négatifs.

Lorsque le plasma entre en contact avec une autre surface, son énergie transforme instantanément cette dernière. Les patchs de silicone de Coldplasmatech sont constitués de de gaz ionisé ainsi que d’une alimentation électrique. De cette bioactivité, résulte un traitement rapide des infections des plaies chroniques, favorisée par une destruction bactérienne extrêmement efficace. Pourquoi le silicone ? Parce qu’il est très résistant aux influences de son environnement et qu’il possède d’excellentes propriétés mécaniques.

En 2014, Coldplasmatech a débuté une collaboration avec le concepteurs de silicones médicaux Wacker et utilise depuis lors deux type de leurs silicones pour leurs pansements innovants : le premier est gélatineux à très haute adhérence pour s’assurer que le patch reste bien en place sur la peau et le deuxième est un caoutchouc de silicone souple avec une surface sèche pour ne pas coller à la surface de la blessure. Le patch était né.

Crédits : Wacker

Les antibiotiques, une vraie plaie !

Par sa double action d’éliminer les bactéries tout en activant les cellules mises sous tension, le patch pourrait bientôt remplacer les antibiotiques. « Nous déclenchons un massacre parmi les germes multi-résistants », explique Carsten Mahrenholz au magazine hebdomadaire allemand Wirtschaftswoche. Seul obstacle à l’élimination complète des antibiotiques ? Pour l’instant, l’usage du patch n’est qu’interne.

Les traitements antibiotiques utilisés pour traiter les infections qui peuvent apparaître sur les plaies chroniques arrivent bien souvent avec leur lot d’effets secondaires. Souvent administrés pendant plusieurs semaines, ils provoquent ainsi des réactions allergiques, des vomissements ou encore des diarrhées. Sans compter que cette méthode peut encourager la prolifération de « superbactéries », résistantes aux traitements. Avec le patch de plasma, tout cela appartiendrait au passé, puisqu’il agit en deux minutes seulement et de façon totalement indolore.

Les premiers tests

Après des essais cliniques concluants, Coldplasmatech tente désormais de décrocher une licence afin que ses patchs miraculeux soient distribués en pharmacie, dans les hôpitaux, ou même directement aux patients du monde entier. Et Carsten Mahrenholz le promet : « Nous ferons de notre mieux pour que cette innovation rende le plasma froid accessible à tous. » Le CEO estime ainsi que son patch pourrait être commercialisé à un prix cinq fois moins élevé que les traitements actuels avant la fin de l’année.

Crédits : Coldplasmatech

Auteure : Laura Boudoux