Un simple bouton rouge sur une montre ou un pendentif connecté capable d’avertir vos proches même si vous êtes hors connexion. Des outils discrets capables de protéger les femmes de manière efficace, discrète et économique : voilà l’un des plus grands défis technologiques actuels. C’est en tous cas le challenge qu’ont lancé Anu et Naveen Jain, les deux entrepreneurs à l’origine du concours Women’s Safety XPRIZE.

Une nécessité de premier ordre

Dans le monde, une femme sur quatre a déjà subi des violences physiques ou sexuelles dans sa vie. À New Delhi, 92 % des femmes ont déjà enduré une agression sexuelle dans un lieu public. C’est en voyant ces chiffres accablants qu’en 2016, Anu et Naveen Jain ont lancé le concours Women’s Safety XPRIZE, visant à récompenser les innovations améliorant la sécurité des femmes à travers le monde. « La sécurité est un droit fondamental et ne devrait pas être considéré comme un luxe pour les femmes », estiment-ils sur le site du concours.

Une technologie particulière

Les deux entrepreneurs mettent en jeu un million de dollars et mettent en compétition 21 équipes, venues du monde entier. La requête ? Que leurs outils soient discrets, qu’ils coûtent moins de 40 dollars (soit environ 35 euros), qu’ils s’appuient sur la communauté, et qu’ils soient efficaces en moins de 90 secondes. Le premier prix a été remis mi-juin à la marque Leaf Wearables, qui conçoit des bijoux intelligents à destination des femmes.

Crédits : Leaf Wearables

Bijoux bluetooth et enregistreur

Collier ou montre : la technologie imaginée par Leaf Wearables se porte sous différentes formes, conçues pour passer inaperçues aux yeux d’un éventuel agresseur. Ce qui a permis à l’équipe d’origine indienne de remporter le premier prix, c’est que leur invention fonctionne sans smartphone. Il suffit en effet de presser à deux reprises le bouton rouge pour que les « gardiens » de la personne en danger reçoivent une alerte, accompagnée de sa géolocalisation.

Le plus de la montre ou du collier Leaf Wearables ? Il sont munis d’un enregistreur audio, pour apporter des preuves de l’agression en cas de procès devant les juges. « Nous avons mené des tests dans de nombreuses conditions, pour que les juges s’assurent que la montre fonctionne dans des cas bien réels. Elles ont été testées dans des endroits hors connexion, dans les transports publics ou encore des caves », expliquait Anu Jain au site TechCrunch. « Le fait qu’elle puisse enregistrer une fois que l’alerte a été lancée a été l’un des points forts pour Leaf Wearables », précisait l’organisatrice du concours.

Lanceurs d’alerte

Quant aux autres finalistes, Artemis, Nimb & SafeTrek, Saffron et Soterra : tous ont également mis au point des dispositifs permettant aux victimes de prévenir leurs proches. Si certains fonctionnent avec un smartphone, d’autres détectent le stress grâce à des capteurs sensoriels. Aucun n’était toutefois aussi abouti que les bijoux de Leaf Wearable. Déjà commercialisés en Inde, leurs montres et colliers ont été vendus à 10 000 exemplaires et ne cessent d’être améliorés.

Crédits : Leaf Wearables

Un impact psychologique

Si l’aspect nouvelle technologie et innovation est au cœur de la recherche, Anu Jain espère aussi observer une prise de conscience globale et des changements de comportements. « Les prix de ce genre de dispositifs baisseront à mesure que les prix des capteurs baisseront. Dans de nombreux pays, il faudra un soutien communautaire pour leur permettre d’être construits », explique ainsi l’entrepreneure. « Ces technologies peuvent avoir un effet dissuasif mais, à long terme, la culture de la violence devra enfin changer », conclut-elle.

Auteure : Laura Boudoux