L’industrie de la tech ne jure que par elle, mais on acquiesce souvent poliment sans comprendre ce qu’est véritablement la blockchain. Pourtant, il se pourrait que cette technologie régisse le futur des échanges monétaires et rende obsolète le pouvoir des États et des banques sur les transactions financières. Rien que ça. Mais si une telle révolution se prépare, mieux vaut être au courant de ses tenants de ses aboutissants. Voici donc de quoi enfin comprendre la blockchain.

La blockchain est la solution d’un problème informatique complexe

Tout part d’un problème informatique abstrait imaginé en 1982 par des chercheurs de l’institut de recherche de Stanford. Cette allégorie devait leur permettre, une fois résolue, de garantir la sécurité des échanges au sein d’un système informatique.

Des divisions de l’armée byzantine sont postées à l’extérieur d’une cité ennemie, dont chacune est commandée par son propre général. Les généraux ne peuvent communiquer les uns avec les autres qu’en utilisant un messager. Après avoir observé l’ennemi, ils doivent coordonner leur action pour espérer gagner la bataille. Cependant, certains des messagers peuvent être des traîtres qui tentent d’empêcher les généraux de se mettre d’accord sur la meilleure façon d’agir. Le problème des généraux est donc double. Il leur faut disposer d’un algorithme qui garantisse que les généraux loyaux se mettront tous d’accord sur le même plan d’action ; et aussi que la poignée de traîtres ne puissent pas compromettre la totalité de l’opération en exerçant leur influence sur tel ou tel général. Le problème a été détaillé dans une étude complexe mais passionnante.

Un vrai casse-tête, jusqu’à ce que la blockchain s’en mêle.

Elle supprime le besoin d’un intermédiaire au sein d’une transaction

La blockchain résout ce problème à un niveau à la fois numérique et économique, en éliminant le recours aux intermédiaires dans une transaction. Elle est apparue avec l’invention du bitcoin, la monnaie cryptographique créée en janvier 2009, qui connaît un succès grandissant. Au cœur du bitcoin se trouve un fichier informatique infalsifiable et libre d’accès qui compile l’intégralité des transactions en bitcoins effectuées : la blockchain. Tel un livre de comptes gargantuesque et appartenant à tous, des centaines de copies de la blockchain sont détenues par des utilisateurs à travers le monde. Elles sont mises à jour simultanément en temps réel, ce qui rend la blockchain virtuellement indestructible, à moins que la fin du monde ne survienne. On dit qu’il s’agit de la technologie la plus sûre à employer lors d’échanges financiers, même si de récentes cyberattaques ont amené le Financial Times à tempérer ces propos.

L’identité de son inventeur reste encore une énigme aujourd’hui

Derrière ce pseudonyme se cache la ou les personnes qui ont inventé le bitcoin et la blockchain. Le mystère de son identité plane encore aujourd’hui, bien que plusieurs théories aient été formulées. Nakamoto prétendait être un ingénieur informatique japonais approchant la quarantaine, mais personne n’a pu le démontrer. En 2011, le journaliste Joshua Davis a mené l’enquête pour le New Yorker http://www.newyorker.com/magazine/2011/10/10/the-crypto-currency et avancé que Nakamoto était soit un cryptographe de Dublin nommé Michael Clear, soit un sociologue et économiste finlandais du nom de Vila Lehdonvirta. Les intéressés ont tous deux démenti. Au contraire du développeur australien Craig Steven Wright, qui affirme être Nakamoto mais n’a produit aucune preuve convaincante. Le véritable Nakamoto possède à l’heure actuelle environ un million de bitcoins, soit près d’un milliard d’euros. Qui qu’il soit, l’inventeur explique tout de la création du bitcoin et de la blockchain dans cette étude.

La blockchain garantit un réseau sécurisé et anonyme

Mais qu’y a-t-il de si révolutionnaire à cette invention ? À l’ère numérique, où les échanges, quels qu’ils soient, se dématérialisent de plus en plus, les questions de protection des données et de l’identité sont au centre de toutes les préoccupations. Un réseau garantissant l’un et l’autre séduit sans mal les internautes, à fortiori ceux d’entre eux qui pratiquent des échanges commerciaux sur la Toile. Envoyer et recevoir de l’argent directement entre deux parties, sans recourir à des services comme ceux des banques ou de PayPal, est un avantage indéniable. Don Tapscott, spécialiste de l’économie et de l’impact social des technologies, examine dans son nouveau livre comment la blockchain va « changer le monde ». Fortune en a publié un extrait.

De grands noms de la Silicon Valley l’ont déjà adoptée

Pour les entrepreneurs du numérique, des transactions sécurisées, instantanées et sans intermédiaires coûteux sont une aubaine. L’investisseur Marc Andreessen n’a jamais tu son admiration pour la blockchain, qui est « tout ce dont l’Internet avait besoin », selon lui. Sir Richard Branson, le fondateur de Virgin, est lui aussi convaincu que la technologie de la blockchain peut changer le monde. Il a réuni des experts de tous horizons sur son île des Caraïbes pour préparer sa révolution. Un reportage à lire dans Ulyces.