Selon l’OMS, le monde compte 285 millions de personnes souffrant de graves troubles de la vision, dont 36 millions d’aveugles. Aujourd’hui, certains acteurs de la technologie travaillent désormais à l’adaptation d’une technologie émergente aux personnes souffrant de cécité : la réalité virtuelle. Sauf que cette fois-ci, il ne s’agit pas de pallier l’absence de vision, mais bien de la corriger. Et ces quatre innovations pourraient y arriver.

Voir correctement le monde pour la première fois

Redonner la vue à une humain n’est pas une utopie. Jamie Soar, qui souffre de rétinite pigmentaire – maladie génétique qui cause la perte de la vision nocturne suivie d’un rétrécissement du champ visuel – peut en témoigner. Comme le raconte Futurism, l’homme a été capable de voir correctement pour la première fois de sa vie grâce à un casque de réalité virtuelle. La méthode de projection sur double-écran de l’objet a permis d’inverser le problème visuel de Soar. Une fois équipé, il ne voyait plus double, mais… simple.

Démocratiser cette solution

Afin de faire en sorte que Jamie Soar ne soit pas un cas isolé, IrisVision propose une solution. Ravi Baichwal, journaliste d’ABC News 7, a eu l’occasion de tester cette technologie. Il explique que “la correction effectuée par le double-écran permet de regarder un écran d’ordinateur, la télé, jouer aux jeux vidéo…” Tout ce que l’utilisateur malvoyant a à faire, c’est régler la taille de la bulle qui s’affiche quand il enfile le casque afin que celle-ci respecte les dimensions indiquées par l’écran. Une fois que la bulle est calibrée, le monde réel, diffusé par les caméras incrustées sur le casque, est à une taille normale.

Oxsight, l’outil qui extrapole judicieusement

Voici Smart Specs. Mise au point par Oxsight, cette paire de lunettes fournit une image générale de son environnement à son porteur, qui n’a alors plus besoin de canne ou d’un quelconque système de branchement neuronal. Si elle travaille à l’adaptation future de ce système pour les personnes totalement aveugles, les premiers tests réalisés sur des individus malvoyants exploitaient ce qu’il leur “restait” de vision (détection de la lumière, des objets, du mouvement) et l’amplifiaient.

eSight et le projet fou de “redonner la vue”

Si les outils évoqués ci-dessus s’attaquent progressivement à la cécité – en commençant par des cas de malvoyance – eSight compte elle s’occuper des personnes aveugles. Cette paire de lunettes affiche les informations très près de l’œil, au travers de lentilles qui donnent une illusion de distance. En adaptant ensuite ce qu’il affiche en fonction des zones de la rétine encore quelque peu valides pour compenser celles qui ne voient plus, il arriverait – dans une certaine mesure – à “redonner la vue”.