Le 31 janvier 2017, un tournoi de poker de près de trois semaines a pris fin dans un casino de Pittsburgh. Pendant 20 jours, certains des meilleurs joueurs du monde ont affronté un adversaire pas comme les autres : une intelligence artificielle. Mise au point par le professeur Tuomas Sandholm et son étudiant Noam Brown, de l’université de Carnegie Mellon, l’IA baptisée Libratus – le mot latin pour « balance » – devait faire mieux que son prédécesseur. L’année dernière, lors de la première édition de Brain Vs. Artificial Intelligence, l’ordinateur Claudico s’était incliné face aux joueurs humains. Cette fois-ci, Dong Kim, Daniel McAuley, Jimmy Chou et Jason Les ne sont pas parvenus à vaincre Libratus, qui semblait littéralement capable de lire dans leur jeu. Mais comment est-ce possible ?

Garry Kasparov est convaincu que les machines sont imbattables sur le long terme

Opposer des champions humains à des intelligences informatiques ne date pas d’hier. On se souvient notamment de la victoire de l’ordinateur sur le champion d’échecs Garry Kasparov en 1997. En 20 ans, l’intelligence artificielle s’est considérablement améliorée et l’espèce humaine s’est inclinée sur les terrains où elle s’y attendait le moins. Watson, l’IA d’IBM, a battu à plate couture ses adversaires au Jeopardy!, ce jeu télévisé américain dans lequel on donne une réponse aux participants, qui doivent trouver la question. Puis en mars 2016, l’IA de Google AlphaGo a affronté le champion de go sud-coréen Lee Sedol, classé 2e mondial. Avant le match, Garry Kasparov a pris la plume pour avertir que même si l’IA ne gagnait pas ce jour-là, elle finirait immanquablement par dépasser les joueurs humains. Sa tribune est à lire dans Le Monde.

L’IA de Google est championne du monde de go

Le go est réputé pour être le jeu le plus difficile au monde, mais cela n’a pas empêché AlphaGo de battre Sedol 4 – 1, en définitive. AlphaGo est classée « meilleur joueur mondial » depuis cet été. Wired raconte ce match historique.

Libratus a battu les plus grands champions de poker en bluffant mieux qu’eux

Et finalement, nous y voilà : une intelligence artificielle est capable de battre les plus grands joueurs humains au poker, jeu où le hasard, la stratégie et le bluff tiennent une place prépondérante. Pendant 20 jours, Libratus a enchaîné les parties de Texas Hold ‘Em no-limit (la variante la plus jouée dans les gros tournois) contre quatre champions, parmi lesquels Dong Kim, 28 ans. À la moitié de la compétition, Kim avait l’impression que Libratus pouvait littéralement voir son jeu. « Je ne l’accuse pas de tricher », dit-il. « Mais elle est bonne à ce point. » Wired a également raconté ce tournoi stupéfiant.

Ces victoires sont dues à la technologie des réseaux neuronaux

Si des victoires aussi spectaculaires de l’intelligence artificielle sont possibles, c’est grâce à la technologie des réseaux neuronaux. Ces ensembles d’algorithmes à la base de l’IA imitent schématiquement le fonctionnement de l’intelligence humaine. Comme un petit d’homme qui apprend à marcher après de nombreuses tentatives infructueuses de mettre un pied devant l’autre, la machine apprend de ses erreurs pour se perfectionner. Ainsi, Libratus a joué des milliards de parties contre lui-même avant d’atteindre ce niveau de jeu. C’est ce qu’on appelle l’apprentissage par renforcement. C’est cette même technique qui permettra par exemple aux intelligences artificielles d’apprendre à conduire en jouant à GTA V.