À Westworld, parc d’attraction futuriste recréant l’univers du Far West, les humains du futur ont le champ totalement libre pour « vivre sans limite ». Dans cette série de science-fiction diffusée en 2016 sur HBO, on découvre la création des « hôtes », des androïdes plus vrais que nature, et celle d’un monde virtuel sanglant dans lequel tout est permis. C’est un spectacle terrifiant, qui peut sembler complètement surréaliste, mais pourtant à portée de main sur certains aspects. Grâce aux différentes avancées dans le domaine des biotechnologies, de l’intelligence artificielle ou de la réalité virtuelle, sera-t-il possible de créer, à l’avenir, des robots et un parc comme celui de Westworld ?

Créer des « hôtes » robotiques

Le premier élément indispensable pour bâtir un tel parc serait de réussir à concevoir des robots semblables aux « hôtes » de Sweetwater. Et d’après Rodolphe Gelin, directeur de la recherche de Softbank Robotics, les technologies d’impression 3D vues dans la série existent déjà. Avec des bras robotiques extrêmement précis, il n’est pas tout à fait irréaliste d’imaginer la mise au point de tels androïdes. Il faudrait ensuite recréer une substance ressemblant à de la peau ; et pour Amy Karle, interviewée par Motherboard, c’est une technologie tout à fait envisageable : il faudrait « un mélange de fibres synthétiques et de collagène, qui imite la chaleur et la texture et l’expérience générale de la peau humaine ». De cette manière, il serait possible de « synthétiser » des corps similaires aux nôtres

Donner vie grâce aux biotechnologies

Une fois les corps de ces robots créés par impression 3D, il faut arriver à les animer. Et comme l’explique James Horton sur How it works, cela sera sans doute possible grâce aux biotechnologies, un secteur en plein essor. Dans le domaine de la médecine régénérative notamment, des scientifiques d’Harvard ont déjà fait d’immenses progrès, en créant des organes humains dans des bioréacteurs à l’aide de cellules souches. Il faudrait ensuite arriver à leur donner des expressions « humaines » à ces robots – ce qui ne semble pas tout à fait impossible quand on voit s’animer Sophia, l’androïde de Hanson Robotics capable d’imiter 63 de nos mimiques faciales. Pour A. Karle, il pourrait falloir uniquement une centaine d’année pour mettre au point des « hybrides » mimétiques comme ceux de la série, jusqu’à un point où la frontière entre robot et humain pourrait commencer à se brouiller.

Des robots à l’intelligence humaine ?

Toutefois, pour espérer se rapprocher des humanoïdes de Westworld, il faudra arriver à donner à ces robots un certain niveau d’intelligence et de conscience. Et pour Kate Compton, membre de l’Expressive Intelligence Studio de l’UC Santa Cruz, cette complexité reste pour le moment hors de portée. Il faudrait en effet que ces intelligences artificielles soient capables de se comporter comme des humains : avec des sentiments, un conscience, et surtout, une faculté à comprendre et interagir avec leur environnement. Pourtant, de récentes percées dans le domaine de l’IA, comme celles du programme Deep Learning, laissent penser que les choses avancent plus vite que prévu. Mené par le professeur d’Oxford Nando De Freitas, son objectif est de répliquer la capacité du cerveau à comprendre une image chez des robots – afin de leur permettre de développer des représentations du monde et d’imaginer des scénarios, comme le font les « hôtes ».

Bâtir un « Westworld »

Comme l’explique Ashley Rodriguez sur Quartz, imaginer la création d’un lieu comme Westworld n’est pas non plus complètement surréaliste. La construction de parcs « immersifs » aux quatre coins du monde montre l’engouement croissant pour ces univers, à la frontière de la réalité et du virtuel. Le succès d’attractions comme TheVoid, par exemple, confirment l’attrait du public pour les expériences hyperréalistes. « Il sera probablement beaucoup plus facile, moins coûteux et plus pratique […] d’avoir ce genre d’expériences de réalité virtuelle à l’avenir », explique Martin Ford sur Vulture. Moins coûteux certes, mais cela resterait exorbitant : un utilisateur de Quora, Ryan Borker, a évalué le prix d’un Westworld terrestre à environ 8,5 milliards de dollars. James Horton, journaliste pour How it works, a même trouvé un lieu pour l’y bâtir : l’île de Devon au Canada. Encore faudrait-il qu’une compagnie décide de monter un tel projet – et que le reste du monde la laisse faire.

Comme le résume M. Ford, le développement des intelligences artificielles est donc sans doute le principal obstacle dans la création d’un vrai « Westworld ». Mais comme les progrès de l’IA s’annoncent considérables dans la décennie à venir, il ne faudrait pas pour autant sous-estimer ses bouleversements technologiques. Il n’est pas si improbable qu’un jour – pas si lointain – nous disposions de la technologie nécessaire pour imiter de nombreux aspects de la série. Reste alors à ne pas l’employer pour créer une telle dystopie.