La misogynie ne saurait les stopper ! Preuve en est le hashtag « Women in Tech », dont le but est de promouvoir la diversité digitale, et surtout la présence des femmes dans l’univers de la tech. Car malgré leur expertise et leurs diplômes estampillés du sceau des plus grandes écoles, elles restent encore souvent en marge de l’industrie technologique. Mais si le sexisme impose sa loi, la révolution est en marche et de plus en plus de femmes s’imposent comme des figures incontournables de la tech. Voilà leurs réalisations les plus innovantes du moment.

Clémence Franc, Novagray

Avec une simple prise de sang, Clémence Franc a découvert comment anticiper les effets secondaires causés par la radiothérapie sur les patientes atteintes du cancer du sein. Cette technologie permet d’adapter les traitements à chaque patiente, afin de minimiser certaines réactions irréversibles causées par les rayons. De nouveaux tests pour le cancer de la prostate et du poumon sont actuellement menés et la jeune femme de 27 ans a reçu en 2017 le StartHer Award.

Joséphine Goube et Techfugees

En 2015, la startup Techfugee apparaît à Joséphine Goube comme une nécessité face au manque de réactivité des organisations en charge de l’accueil des réfugiés. Elle réunit alors ingénieur·es, réfugié·es, CEO et investisseur·es et associe leurs savoirs aux nouvelles technologies, afin de faciliter l’intégration sociale des migrants.

Jasmine Anteunis, Recast.ai

Allier chatbot à l’intelligence artificielle pour obtenir des résultats plus pertinents : voilà le défi que s’est lancé la Française Jasmine Anteunis en sortant de l’école de codage 42. Avec plusieurs camarades, elle a lancé Recast.AI, une plateforme visant à créer des robots de discussion entraînés à comprendre au mieux les questions des utilisateurs afin de répondre à leurs besoins de manière cohérente.

Anaïs Barut, Damae Medical

En 2015, Anaïs Barut, co-fondatrice de Damae Medical, est nommée par le MIT Technology Review comme l’un·e des dix meilleur·es innovateurs et innovatrices français·es de moins de 35 ans. Avec ses deux partenaires, elle a développé une technologie permettant de dépister les cancers de la peau de manière non invasive.

Elsa Hermal, Epicery

À travers son application Epicery, Elsa Hermal fait la promotion des petits commerçants de quartier et du kilomètre zéro. Le concept ? Entrer son adresse, faire ses courses sur l’appli, du primeur au boucher en passant par le caviste, et recevoir le tout, dans l’heure, et au même prix qu’en boutique. Simple et efficace !

Anna Stepanoff, Wild code school

Anna Stepanoff a réuni ses passions pour la tech et l’éducation pour cofonder l’une des écoles nouvelles générations les plus innovantes du moment. Sur une dizaine de campus, Wild Code School propose des formations courtes visant à professionnaliser et permettre aux élèves d’être en phase avec le marché de l’emploi. Au programme : data analist, développeur web et mobile, product manager et autres jobs 2.0.

Loubna Ksibi, Meet my mama et Start-up banlieues

Avec son site Meet My Mama, Loubma Ksibi professionnalise « les mères au foyer issues des migrations ou réfugiées » en leur permettant d’exprimer et d’exploiter leurs talents de cheffe. Cours de français, de gestion, ou encore formations dans des restaurants étoilés : les « Mamas » prennent leur indépendance et proposent ensuite leur service de traiteur aux particuliers. Loubma Ksibi est aussi à l’origine de Startup Banlieue, la plateforme qui démocratise l’entrepreneuriat dans les quartiers.

Auteure : Laura Boudoux