Suite à l’explosion du marché du smartphone, les applications mobiles apparaissent aujourd’hui comme des moyens simples et accessibles pour se protéger face aux dangers du quotidien. Avec la création de véritables réseaux d’entraide, les citoyens de nombreux pays peuvent ainsi solliciter une assistance auprès de leurs pairs via leur mobile, mais également leur signaler des situations à risque sur un modèle collaboratif. Ces dernières années, une multitude d’applications innovantes ont donc été lancées pour améliorer la sécurité des citoyens dans divers domaines : des gestes de premiers secours au harcèlement dans les transports.

Savoir réagir en cas d’accident

L’application mobile de la Croix-Rouge – dont la version française s’appelle l’Appli qui sauve – permet de savoir comment réagir rapidement et de manière adaptée si l’on est témoin d’un accident. Elle met la personne en contact direct avec les secours, mais permet également d’apprendre les gestes qui sauvent pour apporter une assistance immédiate aux victimes. Avec des tutoriels vidéo pédagogiques, l’application explique étape par étape comment réagir si l’on est témoin d’un étouffement, d’une brûlure ou encore d’une une grave allergie. L’onglet Urgence permet même de dialoguer avec l’application, qui pose des questions sur l’état du patient en temps réel et aiguille la personne sur les soins à lui prodiguer.

Circuler de manière plus sûre

Entre 2010 et 2015, 20 000 personnes seraient décédées sur les routes camerounaises à cause des excès de vitesse, de la vétusté des véhicules et des routes en mauvais état. Pour lutter contre ces accidents, Achiri Arnold Nji, un jeune développeur de 27 ans, a donc mis au point l’application mobile Traveler. Elle permet de contrôler en direct, la vitesse des transports publics dans lesquels les personnes circulent, de vérifier leurs trajectoires et de signaler toute conduite dangereuse aux équipes de sécurité routière. En cas de panne ou d’accident, Traveler permet aussi de prévenir immédiatement les secours. Cette innovation a reçu le prix Orange de l’Entrepreneur Social en 2017 et a reçu un accueil très positif au Cameroun. « Cette plateforme n’est pas seulement bénéfique, elle est indispensable pour notre pays » explique D. Mbamone, Directeur des transports routiers.

Veiller collectivement à la sécurité

Créé à Marseille en 2015, Qwidam se présente comme une application citoyenne qui permet de prendre en charge de nombreuses situations d’urgence grâce à une entraide locale. Elle fonctionne comme un réseau social : il est possible d’y ajouter des amis, pour signaler les personnes avec qui l’on souhaite directement communiquer. L’application dispose ensuite de deux fonctionnalités principales : le SOS, pour demander de l’assistance à la communauté présente à proximité, et l’alerte, pour signaler aux autres un danger potentiel. Qwidam permet ainsi de reporter des accidents, des disparitions, des catastrophes naturelles ou encore tout autre situation de danger. Elle permet également de se connecter sur des réseaux publics, activés par les services de sécurité d’une gare, d’un stade, d’une station de ski ou même d’un festival pour être en contact direct et permanent avec eux. Une version professionnelle existe aussi, afin de porter assistance à des expatriés dans des pays à risques.

Lutter contre le harcèlement sexuel

Au Brésil en 2016, 86% des femmes ont déclaré avoir été harcelées dans les transports. Pour combattre ce fléau, l’application NINA a été développée pour aider les brésiliennes à signaler ces faits de harcèlement ou de violence dans l’espace public, notamment les transports. Crée par la militante féministe Simony César, NINA aide ainsi à localiser et à cartographier en temps réel, les cas de harcèlement signalés, permettant d’identifier les zones les plus à risques et d’alerter les utilisatrices circulant dans la même zone. Sa créatrice décrit NINA comme un outil d’autonomisation dans la lutte contre les violences sexuelles, et espère que les données collectées conduiront à prendre de nouvelles mesures de protection des femmes. En France, une application applée Handsaway a été créée sur un principe similaire.